Terreur nocturne bébé : causes et comment gérer

Comment gérer la terreur nocturne chez votre bébé

Les terreurs nocturnes touchent le plus souvent les enfants de 4 à 6 ans. Mais il n’est pas exclu que votre bébé de neuf mois en soit sujet. Une terreur nocturne bébé peut subvenir et l’effrayer dans son sommeil. Mais le plus souvent, on fait une confusion entre terreur nocturne bébé et cauchemar. Il est alors important de savoir faire la différence pour apporter à votre bébé ce qu’il faut pour le rassurer. Qu’est-ce qu’une terreur nocturne bébé ? Quels en sont les symptômes ? Comment faire pour rassurer votre bébé ?

C’est quoi une terreur nocturne bébé ?

Une terreur nocturne est une parasomnie qui se manifeste en un trouble paroxystique du sommeil. Il survient le plus souvent au début de la nuit lorsque le sommeil est lent et profond. La terreur nocturne se rapproche du somnambulisme et se différencie complètement d’un cauchemar. Le cauchemar survient le plus souvent à la fin de la nuit et le sujet en garde souvenir. Une terreur nocturne bébé survient au moins une fois par mois chez l’enfant. Dans ces cas, il faut être là pour le reconnaître et rassurer ce dernier.

Quels sont les symptômes d’une terreur nocturne bébé ?

Une terreur nocturne bébé se manifeste le plus souvent dans les premières heures de sommeil. Il s’agit du moment précis où le bébé a atteint la dernière phase du sommeil lent (stade VI). À cette phase, votre bébé dort profondément. L’étape qui succède au sommeil lent est le sommeil paradoxal où on fait généralement des rêves. C’est le passage vers le sommeil paradoxal qui crée une terreur nocturne bébé. Durant cette période, vous remarquerez que votre bébé est agité dans son sommeil. Il est en larmes, il se dresse et est tout en sueur.

Généralement, il s’agit d’un épisode passager qui ne présente aucun danger pour l’enfant. Durant une terreur nocturne bébé, votre enfant est toujours endormi et n’a pas conscience de ce qui lui arrive. Après cette phase toute en sueur, l’enfant se calme après quelques minutes et reprend le fil de son sommeil.

Terreur nocturne bébé : quelles en sont les causes ?

Les terreurs nocturnes surviennent souvent chez les enfants pour plusieurs raisons. Le manque de sommeil est l’une des principales causes. Il est souvent lié à l’arrêt des siestes. D’autres facteurs peuvent être à la source d’une terreur nocturne bébé. Il s’agit notamment des causes comme :

  • La fatigue ;
  • Le stress ;
  • Les maladies infectieuses ;
  • L’asthme ;
  • L’hérédité ;
  • Un traitement médicamenteux.

Si vous pensez que la terreur nocturne de bébé se fait trop insistante, alors il est préférable de consulter un pédiatre.

Que faire en cas de terreur nocturne bébé ?

Il n’existe pas grand-chose à faire pour stopper les troubles de votre enfant. S’il y a une chose que vous ne devez absolument pas faire, c’est de tenter de le réveiller. Cela ne fera qu’empirer le trouble davantage en le plongeant dans une confusion (puisqu’il ne connaît pas la source de son trouble). L’idéal serait de le laisser se calmer. Au bout de cinq minutes, votre enfant se sera déjà débarrassé de la terreur nocturne bébé.

Par ailleurs, il n’existe pas vraiment de traitement contre une terreur nocturne. Prendre des précautions pour votre bébé, vous permettra plutôt de les réduire. Par exemple, lorsque vous remarquez que votre enfant n’a pas eu droit à sa dose de sieste journalière, ménagez-lui des plages de sommeil en le couchant tôt.

Si le stress est à la base de son trouble de sommeil, discutez avec lui et tentez de comprendre ce qui lui cause cette anxiété. Amenez-le surtout à exprimer clairement, ce qu’il vit mal. Un rythme de vie et de sommeil régulier peut également faire disparaître une terreur nocturne de bébé.

Articles similaires

À voir aussi

Huile de coco poux : divers usage, efficacité et conseils

L’huile de coco comme remède incontestable contre les poux ?

Les poux sont des bestioles qui aiment la chaleur et l’humidité, principale raison pour laquelle …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *